• Accueil
  • BREVET
  • Je passe mon oral de brevet vendredi 14 juin sur l...

Je passe mon oral de brevet vendredi 14 juin sur le tableau de norman rockwell "the problem we all live with", je n'ai eu que 40/100 lors de l'épreuve blanche et je n'ai pas reçus de conseils de la part des professeurs, pourriez-vous s'il vous plait m'aider à améliorer mon texte, d'avance.

je vais vous presenter le tableau “the problem we all live with” de norman rockwell, appartenant au courant réaliste, peint en 1964.
nous allons voir comment norman rockwell dénonce-t-il la ségrégation raciale aux etats-unis ?
l’artiste peintre et illustrateur américain normann rockwell naît à new york en février 1894. il décède à stockbridge en novembre 1978. rockwell est célèbre pour ses couvertures de magazines. il est aussi l’auteur d’affiches célèbres. son style se caractérise à la fois par son réalisme et par son humour. il devient dès lors le peintre de l’américain moyen et réalise les plus célèbres illustrations et couvertures de la revue saturday evening post jusqu’en 1960.
l’essor de la photographie et le déclin de l’illustration dans les années 60, amène rockwell à quitter le saturday evening post. a la fin des années 60, il travaille pour la revue look et illustre des thèmes plus en relation avec les convulsions politiques du temps. sa plus célèbre illustration est le tableau dont nous allons parler aujourd’hui.
c’est une huile sur toile, les dimensions du tableau sont de 91 sur 147 cm. cette scène se déroule durant la ségrégation raciale aux etats-unis (la ségrégation raciale est une séparation organisée, de droit ou de fait, entre des groupes différenciés par la couleur de la peau notamment entre les noirs et les blancs) pendant les lois jim crow qui ont été appliquées dans les états du sud du pays, ces lois consistaient à discriminées et séparées les personnes de couleur des personnes blanches comme dans les écoles, cinéma, restaurants etc. c’est pourquoi rockwell a décidé de peindre ce tableau au moment de la déségrégation.
au premier plan peut voir ruby bridges une petite fille afro-américaine âgée de six ans, accompagnées de quatre policiers pour la protéger sur son chemin pour sa première journée dans une école blanche nommée william frantz, elle est la première enfant noire a intégré une école publique blanche, on peut voir qu’elle tient des cahiers, des crayons et une règle. ruby porte une robe, des chaussures et des chaussettes blanches ce qui représente la pureté et l’innocence et qui contraste avec sa couleur de peau, quant aux policiers, ils portent leurs brassards sur lesquels sont inscrits « deputy us marshalls » ainsi que leurs badges et leurs uniformes marrons et blancs, qui rappellent l’égalité et la possibilité de mélanger des « races », ils sont aussi très grands ce qui

représente la protection et la fragilité de la fillette qui est petite et menue. derrière les personnages se trouvent un mur placé sur le second plan et sur lequel on peut lire des insultes comme « nigger » que l’on pourrait traduire par nègre et qui est un terme raciste désignant une personne de couleur noir. mais aussi, les initiales « kkk » du ku klux klan qui est un groupe qui a été formé à la fin de la guerre de sécession par des soldats du sud, ils menacent, torturent et tuent toutes personnes n’étant pas blanches. on peut aussi apercevoir des tomates écrasées qui étaient l’hostilité des blancs et leurs traces laissées sur le mur pourraient aussi faire penser à du sang. les couleurs du tableau sont plutôt sombres l’œil est donc attiré par la couleur blanche de la robe de la petite fille, qui est représentée presque au milieu de l’œuvre. ce tableau est un symbole du combat pour les droits civiques aux etats-unis.
l’histoire au-delà du tableau : 
quand ruby arrive à l’école, des parents blancs sortent leurs enfants de l’établissement. tous les enseignants, à l’exception d’une professeure blanche, refusent de faire cours. seule barbara henry, originaire de boston, au massachussetts, accepte de faire cours à ruby, elle a pendant un an été l’unique élève de l’établissement. aujourd’hui ruby bridges, vit toujours à la nouvelle-orléans, elle est maintenant la porte-parole de la ruby bridges foundation, fondée en 1999 pour promouvoir « les valeurs de la tolérance, du respect et de l’appréciation des différences ». ce tableau sera exposé à la maison blanche à la demande d’obama en 2011 durant tout son mandat, puis sera affiché au normann rockwell museum à stockbridge. ironie du sort à l’école william frantz où il n’y a plus aujourd’hui que des enfants noirs.
pour conclure, la ségrégation américaine n’existe plus dans le format décrit dans le tableau mais il existe encore une forme de discrimination raciale aux etats-unis surtout à l’encontre de la population afro-américaine.

Réponses: 1
Connaissez-vous la bonne réponse?
Je passe mon oral de brevet vendredi 14 juin sur le tableau de norman rockwell "the problem we all l...

Questions les plus fréquentes